Comment peut-on aussi peu respecter le travail des agriculteurs ?

En allant travailler ce jeudi 19 novembre 2015, Emmanuel Vandame, agriculteur à Villiers-le-Bâcle, aperçoit une équipe d’archéologues en train d’arpenter les champs le long de la RD36 à la sortie de son village. Quand il leur demande ce qu’ils font là, la réponse est que les fouilles préalables aux travaux de transformation de cette départementale en 2 x 2 voies, vont démarrer la semaine prochaine et qu’ils sont donc en repérage. 

- « Le Conseil Départemental (de l’Essonne) nous a assurés que vous étiez prévenu », ajoutent-ils. 

« C’est vrai, soupire Emmanuel Vandame, j’ai été prévenu… J’ai reçu, en septembre 2014, une lettre du Conseil Départemental m’informant que les fouilles allaient être faites. Information importante pour moi car nous cultivons toujours les 14 hectares dont nous avons été expropriés : cela arrange tout le monde, les futurs propriétaires qui n’ont pas, ainsi, à entretenir une telle superficie et évitent que cela ne devienne un terrain vague, et nous, qui maintenons, quelques années supplémentaires, notre revenu en continuant à exploiter ces terres jusqu’au démarrage des travaux. 

Puis un nouveau courrier du 2 octobre 2014 nous a avisé que les fouilles étaient repoussées au dernier trimestre 2015. Fin octobre 2015, n’ayant pas reçu de courrier de confirmation, nous avons semé. Il faut vous dire que si nous avions dû nous en tenir aux dates du CG91, la fin de travaux du CD36 était prévue en décembre 2008 !!!!!!! Alors, oui, j’avais été prévenu, mais il y a plus d’un an. 

Ce qui nous met en rage, c’est que ces terres sont restées vierges de toutes plantations du 15 juillet au 20 octobre, trois longs mois d’été où ces fouilles auraient pu être faites. »

Mais cet ajustement de calendrier, simplement respectueux du travail des agriculteurs, aurait été trop « simple ». Les services de l’Etat débarquent alors que les Vandame, sans information récente aucune les mettant en garde de ne pas le faire, ont semé ces terres fin septembre. 

La semaine prochaine, tout cela, tout ce temps de travail, tout cet argent investi dans les graines (« plusieurs milliers d’euros » nous dit Emmanuel Vandame), seront détruits, juste parce que des gens, bien au chaud dans leur bureau, n’ont pas pensé à ajuster les calendriers des uns pour respecter celui des autres (lui incontournable, puisque c’est la nature qui l’impose). 

Quelle désolation pour ceux qui respectent l’agriculture, ou même, simplement, la valeur « travail » ! Quelle colère, bien compréhensible, ressentie par l’agriculteur qui subit cela !

 

Dans le dossier du CDT actuellement en enquête publique, il est écrit, page 30, que « Le premier volet de l’objectif consiste à garantir la viabilité économique et fonctionnelle des exploitations agricoles du territoire. ». Ce serait bien qu’au-delà des mots, il y ait des actes.  

 

NB : depuis, il y a eu l'instauration de la ZPS (Zone de Protection Spéciale) sur le Plateau du 24 novembre au 14 décembre... empêchant tout démarrage de travaux dans la zone. Les tractopelles sont remontés sur les camions, les archéologues sont repartis... disant que les fouilles étaient reportées à janvier... ce serait bien qu'entre temps, le Conseil Départemental décide de les faire après la récolte, à l'été 2016... Pour des travaux de doublement de la RD36 prévus de démarrer en 2019, ça devrait le faire, non ? 

Écrire commentaire

Commentaires : 6
  • #1

    Karin dupont (lundi, 23 novembre 2015 19:31)

    Alors on veut vraiment faire une route à 2x2 voies, plus la piste vélo, une piéton et le métro au-dessus. Quelle aberration. Et l'agriculture dans tout ça, comment vont passer les tracteurs? On va manger quoi dans l'avenir? Surtout des pesticides qui tuent la terre. et quel mensonge "garantir la viabilité...des exploitations agricoles." C'est n'importe quoi et très grave pour l'avenir, de plus au moment de la COP à Paris!!

  • #2

    Sandrine BAUDART (mardi, 24 novembre 2015 23:30)

    c'est quand même édifiant : plus il y a de moyen de communication et moins il y a de communication ...

  • #3

    Jacques FELISAT (mercredi, 25 novembre 2015 17:20)

    Ils ont déjà du mal à respecter leur propre parole, alors le travail des autres....
    « Le premier volet de l’objectif consiste à garantir la viabilité économique et fonctionnelle des exploitations agricoles du territoire. »
    Le deuxième volet... c'est de faire à notre idée !

  • #4

    Bannery (mercredi, 25 novembre 2015 17:45)

    L'administraton a ses décisions qui lui sont propres et donc souvent agit seulement selon ses possibilités, en toute indépendance, sans pense-t-elle devoir tenir compte de ceux qui l'entourent.

  • #5

    Catherine Primard (jeudi, 26 novembre 2015 18:01)

    C'est déjà un crève-cœur que de voir disparaitre toutes ces bonnes terres sous des multitudes de bâtiments et routes, menaçant la survie les agriculteurs! Pourquoi ne pas retarder les fouilles pour le digne respect du travail accompli?
    Tout notre soutien à la famille Vandame.

  • #6

    Isabelle Morgan (vendredi, 27 novembre 2015 22:02)

    Quand je suis allée, avec des amis, trouver Cristiana et Emmanuel Vandame il y a maintenant 15 ans pour leur proposer de créer une amap et nous "nourrir", "nous" les citadins, et ainsi proposer une solution locale pour limiter les transports de nourriture (moins de CO2), soutenir les agriculteurs, renouer des contacts avec eux, et préserver des terres fertiles autour de Paris, j'étais naïvement énergique et confiante: je pensais que notre exemple allait inspirer nos "décideurs" et que nous apportions notre petite pierre à l'édifice global dans la lutte contre le réchauffement climatique et la destruction de la biodiversité. Des milliers de personnes ont compris ces enjeux en s'engageant, partout en France, dans le soutien de l'agriculture péri-urbaine. Mais pas nos "décideurs "ou plutôt nos "destructeurs". Je me sens aujourd'hui tellement impuissante et écoeurée par tant de gâchis... Franchement, je ne sais plus ce qu'il faut faire.

4 808,6 M€

COMPTEUR Paris-Saclay

cliquez ICI pour le détail

Bonjour, 

Vous êtes sur le site

du collectif CITOYEN

MOULON 2020. 

Nous sommes des citoyens de Gif, Bures, Palaiseau, Villiers le Bâcle, Orsay, ... qui avons pour but premier d'informer au maximum les habitants ce qui se prépare sur le Plateau de Saclay (plus spécifiquement sur toute la frange sud du Plateau). Ce site est un de nos moyens pour le faire. 

Nous incitons également au maximum à la participa-tion citoyenne aux enquêtes publiques et essayons de lire au maximum les dossiers pour donner des pistes.